Ces pauvres petits profs…

C’est une montée de lait; je vous avertis… Si vous avez les oreilles sensibles, les yeux facilement exorbités et surtout, surtout, si vous êtes prof, j’éviterais de lire ce texte. Si j’étais vous, j’irais tranquillement m’installer devant Le Banquier pour voir si la tite-madame va faire une folle d’elle en ouvrant une valise de trop. Ça, c’est de la grande télévision. Ça, c’est de l’entertaining.’ Réfléchissez pas trop sur le chemin de la télé. Faites ce que vous voulez, mais ne lisez pas ce texte. Ça se peut que ça morde…

Cette semaine, dans la presse, j’ai lu un  »article » d’un professeur qui semblait sur le bord de la crise de nerfs. Plutôt une lettre dépressive, qui m’aurait poussé à suggérer à son auteur d’en discuter avec un professionnel,  tellement elle avait l’air de filer un mauvais coton. Mon Dieu qu’on ne les aidait pas! Mon pauvre petit moi, que les enfants étaient donc difficiles! Que c’était donc compliqué de retenir leur attention! Plus j’avançais dans le texte, plus je songeais à subir un changement de sexe pour pouvoir la claquer. J’ai arrêté à la ligne, je crois, où elle disait qu’elle sentait son congé de maladie l’appeler…

Prends-le, ce foutu congé! Cède la place à quelqu’un qui veut enseigner! Dégage, et offre le boulot à quelqu’un qui comprend que de te casser le cul pour retenir leur attention fait partie de la job! À quelqu’un qui sait bien que les enfants n’ont pas changé en l’espace de cinq minutes, et que tu aurais dû savoir à quoi t’attendre, quand tu as entrepris tes études! Que si tu te sens brûlé, malgré trois mois de vacances par an, tu n’es peut-être pas dans le bon milieu, même si tu ne quittes pas parce que tu sais que tu vas tomber à un mois de vacances par an dans n’importe quelle autre branche! Que si tu as peur de tes élèves, tu n’es pas à ta place! Dégage! Les universités sont pleines de profs qui ne demandent qu’à travailler à fond pour deux ou trois ans, avant de se mettre à se plaindre aussi!

Surtout, je n’en peux plus d’entendre que c’était plus facile d’enseigner avant, avec deux générations d’enseignants qui me précèdent, dans la famille. Ce n’était pas plus facile. Les profs n’essayaient simplement pas, alors, de faire amis-amis avec leurs ouailles, le meilleur moyen de te la péter en beauté. Je suis le fils d’un homme qui, alors qu’un de ses élèves avait lancé une bombe puante dans un local d’examen en pensant ainsi y échapper, est simplement sorti en embarrant ses élèves à l’intérieur, pour les surveiller du couloir. La loi de la jungle. Mon vieux aurait rigolé devant un enfant-roi, avant de le mater. Il a viré le fils de son patron pour l’année, un jour…

Me demandez pas d’avoir pitié d’un prof, alors qu’ils se targuent de faire le plus beau métier du monde. Ce que je fais pour mettre de la bouffe dans le frigo n’a rien de merveilleux, ni de payant, et pour les congés, vous pouvez vous brosser. Non, vraiment, ne me demandez pas d’avoir pitié.

Et croire qu’un élève va se sentir concerné, et apprécié, quand tu clames haut et fort que tu as envie de  partir, ça prouve beaucoup de psychologie, vraiment… Bonne chance avec tes classes, cette année, championne. J’espère qu’ils ne lisent pas La Presse…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s