J’hais mon GPS

on

Dans deux cent mètres, tournez à droite, m’annonce la voix coincée-du-cul de la madame que la compagnie a mis dans mon GPS. Me semble que ce serait plus amusant, que ce soit Macha Grenon. Ou Jeannine Sutto…

Puis, j’allume. Uh? C’est le champ, à deux cent mètre, devant!

Encore!

Je ne suis jamais arrivé à mettre mes cartes à jour. Mon ordinateur hait mon GPS. Moi avec. Un jour où je roulais sur la nouvelle portion de la 30, j’ai remarqué que la petite voiture, sur l’écran, se promenait dans un champ. J’ai failli mettre les breaks. Déstabilisant.

Pourtant, j’en ai besoin! Je suis capable de me perdre dans les promenades St-Bruno!

La voix devient plus énervante à chaque seconde. Dans cent mètres…

Je passe tout droit. Je ne prends pas le champ, naturellement, même si je suis sûr que c’est ce qu’elle voudrait. Comme la plupart des vraies madames, ça la perturbe, de pas obtenir ce qu’elle veut. Elle a arrêté de parler au milieu d’une phrase. Je commence à connaître cette salope. Ça signifie qu’elle s’apprête à me faire faire un détour de vingt kilomètres.

C’est gagné!

 Prenez la prochaine sortie dans vingt-deux kilomètres, puis faites demi-tour.

Pour que tu me ramènes à la même place pour prendre le champ? Compte dessus!  Quand elles ont une idée derrière la tête…

J’ai essayé la voix du gars. M’énervait autant, sauf que je me sentais le droit de le frapper, ce qui débarquait la christ de suce du par-brise, en laissant un autre cercle de bave superposé. Je me dis tout le temps qu’il faudrait que je nettoie ça. Je ne le fais que lorsque j’embarque une femme. Ça arrive rarement, parce qu’elles préfèrent toute leur voiture à la mienne. Moi aussi, le plus souvent. J’aime autant ça. Pas bon pour mes manches, le nettoyage de par-brise…

Comme les enfants de la télé qui ne lisent plus, j’ai appris à conduire à l’époque du GPS, et ça a ses inconvénients. En plus, au début, j’étais pas brave, alors c’était comme avoir une présence, dans l’auto. Une blonde fatiguante, mettons… Puis, on s’habitue… ou pas! Ça change toujours bien des autres voix. Celles qui me disent de mettre le feu partout…

J’ai eu ma première engueulade avec une semaine après qu’on me l’ait offert. Il était convaincu que je devais aller à droite. Je savais qu’il fallait aller à gauche. C’était quand même pas une machine achetée chez future shop qui allait me dicter quoi faire, bordel! Ben oui, fallait allez à droite, mais à ce moment-là, j’avais déjà sacré quelques claques à mon GPS, qui ne se taisait pas pour autant. Je l’ai balancé derrière moi et je l’ai entendu dégringoler. J’ai fini par trouver tout seul. Une fois sur place, une voix qui venait de sous mon cul m’assura que j’étais arrivé. Pfff!

Et à moins de payer un abonnement, ça sait rien des cônes oranges, un cossin de même! Ou en tout cas, ça fait semblant, parce qu’il sait toujours comment m’envoyer au milieu des sentiers et des routes barrées. C’est toujours là que la madame arrête de parler au milieu de ses phrases, pour se venger!

Tenez la droite.

Ça peut vouloir dire n’importe quoi, ça! Particulièrement sur une autoroute à trois voies! Tiens-toi dans la voix de droite. Sors à droite. Je suis pas sûre. Essayez encore! Mon GPS est un genre de magic ball pas fiable… Si je mettais la main sur ce Tom Tom, je lui ferais sa fête… C’est pas parce que t’as un nom de cul qu’il faut te venger en perdant la moitié de la population, chose!

J’men suis acheté, des cartes, le clown! Mais comment tu veux déplier ça pendant que tu conduis? Retenir le trajet, quand t’es pas capable de te le figurer, c’est courir à ta perte, et si je m’imprime un itinéraire et que je tente de le lire en conduisant, je vais ramasser une autre bagnole. Une BMW, avec la chance que j’ai…

Moi, j’aime les villes le long de la 20. Facile à rejoindre, pour un perdu. Quand j’étais petit, je pensais que tout se trouvait à deux kilomètres de la 20. Sherbrooke, 2km. Granby, 2km. Rimouski, 2km. On m’a ensuite expliqué que c’était les sorties. Une autre des grandes déceptions de mon existence. Si même le ministère des transports ment aux enfants, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise…

Alors j’endure la madame coincée-du-cul. J’ai remarqué que lorsque je l’oublie, le trajet est plus long. Pas par manque de compagnie, là… Parce que je me trompe deux ou trois fois. Il y a des gars que tu peux lâcher dans la jungle, en jeep, et qui retrouvent leur chemin. C’est pas moi. Moi, je suis un clown, et je peux te faire rire pendant un party. Pas mal plus de chance que mon talent me serve que le tien, mon homme…

Je suis enfin arrivé sur la rue Machin. Oh, calvaire… ‘Y avait deux rues machin, aux deux extrémités de la ville, et je ne suis pas sur la bonne.  La madame coincée-du-cul a l’air joyeuse, je l’entends dans sa voix.

La christ.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s