No Future

1985. J’ai sept ans, et c’est le tour de notre classe d’aller à la bibliothèque de l’école. On a le droit d’en retirer un livre jusqu’à la semaine suivante. Je ne sais vraiment pas ce qui peut m’amuser là-dedans, puisqu’il y en a plus de deux mille à la maison, dans la bibliothèque du vieux. Je choisis toujours un énorme dictionnaire bien épais, parce que je suis convaincu que ça me donne l’air intelligent, et que la petite Ariane, sur qui j’ai un gros kick, va le remarquer.

Ariane ne l’a jamais remarqué. J’ai fini par péter les bretelles de mon sac à dos des schtroumpfs, aussi, parce que son concepteur n’a bien sûr jamais imaginé qu’un enfant qui aime les petits bonhommes bleus irait se trimballer Histoire complète de la seconde Guerre Mondiale…

Par la suite, j’ai trouvé plus simple de devenir intelligent que de faire semblant. Et le monde ne le remarque pas plus, de toute façon… Il y a toujours quelqu’un, quoi que vous fassiez, pour vous prendre pour un con.

Dans la bibliothèque, toutefois, il y a une collection dont vous vous souvenez peut-être… Autos. Avions. Trains. Bateaux. À la dernière page de chacun de ces livres, la seule intéressante, en fait, il y avait l’auto (ou le train, ou l’avion etc…) de L’AN 2000! Ouuuh!

Peu importe si tu lisais sur les trains, les bagnoles ou les bateaux, le modèle de l’an deux mille était incroyable. Et il volait! Toujours.

Pendant que j’écris ceci, je suis assis près de la fenêtre donnant sur mon parking. Je regarde ma Toyota Echo. Une 2005. J’ai beau regarder deux fois, la ressemblance n’est pas frappante. Et je suis pas mal sûr qu’elle ne vole pas…

D’ailleurs, ça semble déjà assez compliqué, pour certains, de conduire comme du monde, au sol, alors dans les airs, hein?

Dans le futur, on allait manger des pilules, qu’on nous disait. Remarquez que si on continue d’abuser de la Terre comme on le fait, ça va devenir une réalité avant longtemps. C’est bien là mon point: ce qu’on nous promettait de négatif se produit effectivement, mais pour les trucs chouettes, on peut toujours se brosser…

Pire encore: ce qui avait été promis, et qui s’est produit, est pratiquement passé sous silence! Le vidéophone! Nous allions voir notre interlocuteur en parlant! Waouh! Aujourd’hui, c’est possible sur n’importe quel téléphone intelligent, et même sur l’ordi de la maison, avec skype. Je ne me suis jamais servi de ça. Pas une fois. Blasé? Je sais pas…

Je me rappelle du jour où mon père a ramené notre premier micro-onde. Une énormité, qui émettait sans doute assez de rayonnement pour filer le cancer au chat. Assez gros pour faire cuire un boeuf. Je nous revois, tous les cinq, dans la cuisine, alors que le vieux sortait la tasse d’eau qu’il venait de faire chauffer. ÇA, c’était impressionnant. ÇA, ça allait changer quelque chose. Ça ne volait pas, ok, mais quand même!

Mais depuis? Entre le micro-onde et le téléphone intelligent? Le GPS? Ouais, ok, disons…Les avions?  Non seulement les avions sont les mêmes, mais l’espace disponible pour l’usager semble diminuer entre chacun de mes voyages. Bon, non, calvaire, c’est pas moi qui grossit!

Les consoles de jeux? Je suis un gamer, et je ne crois pas que cette invention ait fait avancer le monde. Plutôt le contraire, puisque les médecins qui vont s’occuper de moi, dans vingt ans, tirent à tout va sur des gangs de rue et des flics dans Grand theft auto V, actuellement, plutôt que de lire des livres…

Le futur n’est qu’un concept publicitaire, en matière de technologie…

On s’attend tellement à ce qu’on nous présente quelque chose qui va tout changer… Le cancer est toujours là, pourtant. Le sida également. Plutôt que de travailler à ce qui cloche, on se bourre de pilules. J’ai été horrifié de voir une de mes exs aller chercher une médication lourde pour son fils, uniquement parce que ses résultats scolaires n’étaient pas à son goût à elle. Ça va t’aider à te concentrer, chéri… Ben oui, tu peux aller jouer six heures de temps avec tes jeux vidéos avant d’aller dormir…

Parlez-moi d’une invention utile, vous… C’est ça, le futur?

Les choses se produisent graduellement, à une vitesse si lente qu’on ne voit pas le changement. Qu’on ne l’apprécie même pas, les rares fois où ça se révèle positif. Ça semble seulement naturel, et ce n’est pas pour autant impressionnant.

On ne nous avait pas dit, d’ailleurs, qu’on pourrait voyager dans le temps? C’est effectivement ce que je fais, mais juste dans un sens et sans avoir le contrôle…

Je vais avoir trente-six ans le mois prochain. On m’avait dit qu’à quarante ans, je pourrais sans doute habiter sur Mars. Je sais pas, mais il faudrait qu’ils accélèrent un peu le mouvement, si je veux y parvenir… À part une poignée d’imbéciles prêts à débourser vingt millions, pas beaucoup de touristes, dans l’espace, ces jours-ci…

D’ailleurs, même à l’époque, je me demandais bien pourquoi quelqu’un irait s’installer là. Ou sur la Lune, d’ailleurs. La Lune, j’étais sensé pouvoir m’y rendre durant ma vingtaine. J’ai tenté d’appeler à la NASA pour connaitre le prix des apparts, mais on m’a raccroché au nez… Vous direz pas que je fais pas de recherches avant d’écrire mes articles…

Même les drogues ne valent pas mieux que dans le temps! Tout ce qui a été inventé depuis vingt ans, dans le domaine, est mortel en quelques semaines, voir quelques mois. L’accoutumance est accrue, l’effet également, tout comme le sont vos chances de finir entre quatre planches. Les drogues dites douces ont également beaucoup perdu de leur douceur. Dans les années soixante-dix, ça dansait nu sur du Beau Dommage, sur le bord du fleuve, après avoir fumé un joint, d’après le cliché. La marijuana, même la mauvaise, est devenue tellement efficace qu’on aurait à repêcher quelqu’un dans l’eau à chaque party, si on tentait le coup aujourd’hui…

J’ai le flash d’un graffiti que les punks laissaient un peu partout, quand il y avait encore de vrais punks: No Future. Ils voulaient sans doute dire qu’ils mourraient avant d’en avoir un, mais personnellement, j’y vois un appel à vivre le présent, sans trop d’espoir d’une solution de facilité, ou d’une source d’émerveillement à venir dans le futur.

L’émerveillement devrait venir de ce que vous vivez. Prenez-en conscience, juste une seconde. On est tout seul, là, personne ne va vous juger si vous vous arrêtez à réfléchir… Vous existez. Vous êtes une personne totalement unique, dans une masse qui compte plus de sept milliards, deux cent cinquante millions d’autres individus. En vous rendant à votre boulot, vous ne vous êtes pas simplement rendu à votre boulot. Vous avez évolué à plus de cent kilomètres à l’heure dans une invention créée (oui, en passant, le seul mot de la langue française à aligner trois  »e », et non je n’ai pas écrit cette phrase juste pour sortir ça!) dans une invention, donc, créée par votre race, la plus évoluée à parcourir une planète habitée par des milliers d’autres espèces, alors qu’elle est elle-même en rotation autour d’une boule de feu incandescente. Imaginez ça une seconde…

Oui, si en arrivant au bureau, pour faire un boulot qui vous fait chier, vous ressentez que quelque chose ne va pas, c’est là qu’il faut chercher. Vous venez de défier les lois de la nature, vous êtes uniques, et magnifiques, et vous avez fait tout ça pour aller vendre des photocopieuses? Vous voyez ce qui cloche? Je veux bien croire que le plaisir soit sensé se trouver dans le voyage, et non dans la destination, mais vous avez de la marge, là…

Vous influez sur le monde. Chacun de vos gestes a son importance, des conséquences, des répercussions. Vos interactions, avec tout ceux que vous croiserez aujourd’hui, vont importer. Oui, même avec le gros christ qui vous regarde toujours croche, au bureau… Vous vivez au milieu d’un centre de commandes dont vous êtes le patron. Influez.

Vous penserez au truc de la planète en mouvement et des sept milliards de clowns à sa surface, la prochaine fois que vous resterez bloqués sur le Métropolitain, même à une heure de l’après-midi. Ça rend ça un peu moins pire…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s