Plus grande que nature.

Les gens qui me sont proches savent que mon ex-conjointe fréquente le type au-dessus de chez nous. J’ai donc beaucoup réfléchi aux coïncidences, cet été, et aux histoires qu’on ose à peine raconter, tant ça semble incroyable. J’ai tenté de déterminer les chances qu’un truc pareil arrive, si l’on considère qu’elle ignorait où j’habitais, et en prenant en compte la population mâle de la ville. J’ai vite renoncé. D’abord parce que je suis nul en maths, mais aussi parce que je préfère encore penser au taux d’inflation de l’Ouzbékistan ou aux conditions de vie des nains de jardin au Laos qu’à mes exs. Il arrive toutefois que certains évènements dépassent effectivement la fiction. Je considère avoir une vie aussi ennuyante que la plupart des gens, et il m’est pourtant arrivé des trucs que je n’oserais jamais glisser dans un roman. Pas par pudeur, mais parce que personne n’y croirait.

Par exemple… J’ai ouvert une porte en plein visage de Nicolas Cage et je lui ai pratiquement cassé le nez. Je suis entré tête première dans Gérard Depardieu, et je suis tombé sur le cul, comme si j’avais frappé un mur. Je me suis retrouvé sur les genoux de Paul Piché, au cinéma. Je vous assure qu’il y a une explication presque rationnelle pour toutes ces histoires, mais à quoi bon? Je vous avais dit que vous ne me croiriez pas…

Un jour, Charlie Chaplin s’est pointé à un concours d’imitateurs de Charlot, son personnage fétiche, comme il s’en organisait beaucoup, au point fort de sa carrière. Il a pris sa place dans la file d’attente, et a été éliminé…

En Cracovie existe une chapelle absolument magnifique, à cent mètres sous terre, taillée entièrement dans un bloc de sel. Elle fait près de soixante mètres de long…

En Idaho, un facteur qui se fait mordre par un chien a le droit, par la loi, de le mordre en retour. Qui oserait écrire un truc comme ça, à part un politicien?

Le docteur Romulus Brinkley, aux États-unis, a greffé durant la seconde guerre mondiale près de seize mille couilles de boucs à des hommes impuissants, soi-disant pour leur rendre leur virilité. Bordel, qui irait inventer un truc pareil?

Les derniers mots de Marie-Antoinette, avant d’être décapitée, s’adressaient à son bourreau, Charles-Henri Samson. Elle s’excusait de lui avoir marché sur le pied, en montant à l’échafaud.

Une banque de l’État de Washington, un peu avant l’entrée en guerre des États-Unis, se vantait d’être aussi solide et fiable que le pont de Tacoma, qu’on venait de construire non loin de là. La semaine suivante, le pont s’est effondré.

Le Pica est une maladie mentale très rare qui a pour effet de perturber les goûts alimentaires. Kerry Trebilcock, une Anglaise qui en est atteinte, se nourrit presque exclusivement d’éponges. Elle en a mangé plus de quatre mille. Même un tordu comme moi n’essaierait pas de vous bourrer le mou avec ça…

En 1955, un homme décide d’abattre son chien malade. Il l’emmène au fond du jardin, armé d’un fusil, et lui tire dessus. La balle manque le chien, traverse la haie, et tu une femme qui passait sur le trottoir. La femme s’appelait Émilie Lechien…

Kennedy et Lincoln ont été élu président à cent ans d’intervalle. Ils avaient été élus au congrès, à cent ans d’intervalle. Leurs successeurs s’appelaient tous les deux Johnson, et étaient nés à cent ans d’intervalle. Leurs successeurs sont tous les deux morts dix ans après eux. La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy. La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln. Les deux femmes leur avaient conseillé de ne pas se rendre sur les lieux de leur assassinat. La loge où Lincoln est mort s’appelait la loge Kennedy. Kennedy, lui, est mort alors qu’il prenait place dans une Lincoln. Un mois avant sa mort, Lincoln était en vacances à Monroe. Un mois avant la sienne, Kennedy était en vacances avec… Marilyn Monroe! Pratiquement incroyable, mais ces faits sont vérifiables; faites-vous plaisir…

Jacques Weber, en 1986, tient la tête d’affiche, au théâtre Mogador, de Cyrano de Bergerac. À la fin de la représentation, il lance son nez dans le public. Celui-ci tombe sur les genoux de… Gérard Depardieu.

80% des Américains sont droitiers. Leur quatorze derniers présidents étaient gauchers. La moitié de leurs opposants également. Le seul droitier à avoir été élu depuis 1980 était le fils Bush, dont l’élection était pratiquement illégale, puisque Al Gore avait gagné. Gore, un autre gaucher…

Anthony Hopkins se vit un jour offrir un rôle tiré de La fille de Petrovka, de Pfeiffer. Il se rendit à Londres et fit plusieurs librairies sans trouver de copie du roman. Il en découvrit une sur un banc, dans le métro, en rentrant chez lui. Durant le tournage, l’auteur fit une visite sur le plateau, et expliqua à l’acteur qu’il avait un jour prêté sa seule copie du roman à un ami, qui l’avait perdu. Oui, il s’agissait de celle trouvé par Hopkins. Les annotations de Pfeiffer dans les marges ne laissaient aucun doute.

Le Lewiston Tribune, un canard du genre du journal de Montréal,  publia un jour la photo d’un homme qui avait volé le sac à main d’une femme dans un magasin. Au-dessus de la photo, dans un autre article sur les décorations de Noël, on voyait de dos un artiste, un peintre de vitrines, qui expliquait son métier. Les appels affluèrent des lecteurs pour donner l’identité du voleur, comme c’était souvent le cas. Il s’agissait de l’artiste de la photo du dessus…

Un Anglais nommé Bill Morgan fut déclaré cliniquement mort durant quatorze minutes, après qu’un poids lourd ait percuté et démoli sa voiture. En sortant du coma, il acheta un gratteux et gagna une voiture. Une chaine de télé voulut faire un reportage sur lui et il se prêta volontiers à une reconstitution des évènements. Il racheta au même endroit le même billet de loterie, et gagna en direct deux cent cinquante mille dollars.

L’assassinat de l’Archiduc Franz Ferdinand, qui déclencha la première guerre mondiale, eut lieu à cause d’un sandwich. Un attentat ayant échoué à l’aller, l’un des conspirateurs, sans doute dépité, fut pris d’une fringale. Alors que le cortège revenait, par un trajet qui n’avait pas été prévu à l’avance, le meurtrier sortit du casse-croute, et reconnut l’Archiduc. Il le descendit, de même que sa femme. La plaque d’immatriculation du véhicule se lisait comme suit: A III II8. L'(A)rmistice fut signé le… 11\11\18.

En 1898, un auteur nommé Morgenson fit paraître un roman sur un paquebot à la fine pointe de la technologie, nommé Titan, et réputé insubmersible. Dans le roman, le bateau percute un iceberg, par un soir tranquille d’avril, alors qu’il est en route pour New York. Nombre de passagers y meurent noyés, par manque de canots de sauvetage. Le Titanic coula quatorze ans plus tard, dans les même circonstances…

Joseph Figlock, un résident de Détroit, entendit une femme crier alors qu’il prenait une marche. Il leva la tête et attrapa le bébé de la femme, qui venait de tomber du quatrième étage. Un an plus tard, exactement au même endroit, où il passait toujours par hasard, il entendit la même femme crier, releva à nouveau la tête, et… attrapa une seconde fois le même bébé. Incroyable, dites-vous?

Je vous ai gardé la meilleure histoire pour la fin. Le 5 décembre 1664, un bateau, pris dans de fortes marées, coule corps et bien, dans un détroit du pays de Galles. Quatre-ving-un passagers trouvent la mort, et un seul homme s’en sort. Il s’appelait Hugh Williams. Le 5 décembre 1785, dans le même détroit, coule un autre bateau. Tous les passagers, une fois de plus, meurent noyés, sauf un seul homme, nommé… Hugh Williams. Le 5 décembre 1820, à nouveau, un bateau coule au même endroit, et un seul passager, une fois de plus, s’en sort. Son nom? Naturellement: Hugh Williams.

Quand on sait la regarder du bon angle, la vie a quelque chose de magique, vraiment… Les hasards font peut-être des scénarios peu crédibles, mais rendent parfois la réalité fascinante. Faites tout de même gaffe si vous faites une croisière et qu’il y a un Hugh Williams à bord. Je dis ça comme ça…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s