Je pourrais être ministre

Ce matin, j’ai réalisé que je n’étais pas spécialement intelligent. Pas plus qu’un autre, disons… Je ne connais pas grand chose aux enfants, ni aux techniques d’enseignement prônées ces jours-ci. Je suis capable de flanquer de l’argent par les fenêtres sans me soucier de savoir à qui il appartient. Je peux, comme n’importe qui, dire et faire  des conneries. Je suis donc qualifié, au regard de nos standards modernes, pour être ministre de l’éducation.

J’essaie de comprendre, ces jours-ci, le vide intersidéral qui règne entre les oreilles de notre bon ministre Bolduc. Je me dis qu’il ne doit pas, dans sa vie courante, être un imbécile. Il ne sale probablement pas son café, ne doit pas prendre sa douche avec ses vêtements, ni manger des produits dont la date d’expiration est passée depuis six mois, même si un cas d’intoxication fournirait déjà un début de réponse. J’espère qu’il ne coure pas derrière les voitures, ne plante pas de fourchette dans les prises de courant, et n’oublie pas de tester l’eau du bain avant de s’y asseoir, pour éviter de s’y ébouillanter.

Je ne parviens pas à m’expliquer pourquoi son quotient intellectuel semble descendre sous le niveau de la mer dès qu’il s’assoit dans son siège de ministre.

Le système d’éducation actuel est défaillant. Nos jeunes sortent de plus en plus cons de nos écoles. Ils ne savent plus écrire. Ils ne savent plus compter. Ils ne connaissent plus rien aux religions, puisqu’on risquerait, en les éduquant même de façon générale sur le sujet, d’en faire des convertis. Ils ne connaissent rien de notre histoire, mais peuvent vous faire l’historique complet des batailles de Clash of clans. Ils ne peuvent plus placer la France sur une carte, mais peuvent se rendre au niveau 80 de Angry Birds. Je le sais, que vos enfants à vous sont cultivés, brillants, et bien éduqués, mais on se prépare, de façon générale, une génération d’imbéciles, qui eux, pourraient bien tenter le coup de la fourchette et de la prise de courant.

Ils n’apprennent rien par manque d’intérêt, certes, mais également parce que leurs enseignants manquent de temps pour offrir un service personnalisé. Certains professeurs sont motivés à faire de chacune de leurs ouailles un génie en puissance, mais ils arrivent tout juste à apercevoir les élèves assis au fond de leurs classes, tellement elles sont bondées. Imaginez ce que ça donne lorsque l’enseignant de vos enfants s’en fout, parce qu’il est sur le point d’aller se foutre en burn out

La solution de l’honorable ministre Bolduc? Rajouter des enfants dans chaque classe, et des heures de travail sur le dos des profs. Bravo Champion…

Je ne tape pas sur Yves Bolduc parce qu’il est du parti libéral. Je m’en fous totalement. Les péquistes n’ont pas fait mieux. Pauline Marois a déjà été ministre de l’éducation; c’est vous dire… La CAQ ne ferait pas mieux. Les illuminés de Québec Solidaire et du Parti Vert n’ont pas le début du commencement d’une idée sur la question non plus, parce qu’ils savent qu’ils n’atteindront jamais le pouvoir. J’ai tenté de remonter dans le temps pour trouver un ministre de l’éducation qui avait fait la différence. Je cherche toujours. Il en est ainsi depuis si longtemps que l’on considère que c’est la norme, et que le ministère de l’éducation n’est qu’un ministère parmi d’autre, plutôt que le fer de lance de notre avenir.

Je ne veux pas d’un médecin, dans vingt ans, qui aura passé son adolescence à jouer à Candy Crush Saga sur facebook. Je ne veux pas que les profs qui enseigneront à mes petits-enfants en connaissent plus sur la Playstation 4 que sur Alexandre Dumas ou Victor Hugo. Je trouve triste de me dire que le type qui s’occupera de moi, à l’hospice, risque d’en savoir moins qu’un enfant sur la culture de son pays. Un enfant qui se sera cultivé par lui-même, on s’entend…

2047… Quatre-vingt-quatre enfants par classe, assis devant une télé, parce que le prof qui leur enseigne diffuse également dans dix-huit autres écoles. Il ferait bien le total de tous les élèves, le pauvre vieux, mais il ne sait pas compter. Il n’est que prof de maths. Le ministre de l’éducation, des pêcheries, et du développement économique annonce que les classes étant sous-peuplées, on va rajouter une trentaine de gamin par local, sur les pupitres à trois étages que le ministère vient d’acheter à grand frais. Merde, je le vois d’ici…

On n’en sort pas. Le plus grave? C’est comme ça dans CHAQUE ministère… Il n’y a qu’à voir la santé. D’ailleurs, avant de faire équipe, Barette et Bolduc se sont mutuellement traités d’imbéciles et d’incapables.

Bon, d’accord; ça fait du bien, de temps en temps, de voir des politiciens dire la vérité…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s