La religion n’excuse pas tout

Ça m’a fait rigoler de voir les bien-pensants, cette semaine, s’offusquer du fait que Saudia, une compagnie d’aviation établie en Arabie Saoudite, planifiait de nouvelles règles visant la séparation des hommes et des femmes sur leurs vols nationaux. La compagnie s’est fait lancer des roches par les médias du monde entier, alors qu’ils n’ont instauré ces règles que pour répondre aux plaintes de leurs clients, qui jugeaient inacceptable que leurs femmes, leurs mères ou leurs soeurs soient placées à côté d’étrangers. Ça ne les a pas trop dépaysé. Ils connaissent ça, le tirage de roches, en Arabie, sauf qu’en général, ce sont eux qui les lancent…

La lapidation, d’ailleurs, contrairement à ce qu’on pourrait penser, n’est pas exclusivement réservée aux femmes… Vu le souci d’exactitude auquel je t’ai habitué, fidèle lecteur, tu te doutes bien que je suis allé faire des recherches! J’ai donc appris qu’en tant que non-musulman, je pouvais être lapidé si j’enculais une musulmane. Je suis troublé. Ce n’était pas dans mes plans pour 2015, mais en même temps, j’ai toujours eu horreur qu’on m’interdise quelque chose… De plus, je suis pour la libération de la femme, alors je juge que n’importe laquelle d’entre elles peut se faire prendre par qui et comme elle le souhaite, sans égard à l’endroit de notre charmante planète où elle aime à se dévêtir… Finalement, je me demande bien, d’un point de vue physique, ce que ça peut changer pour elle et pour la loi, mécaniquement parlant, que le type derrière soit ou non musulman… C’est une discussion pour un autre jour…

En Arabie Saoudite, lorsqu’on parle de libération de la femme, c’est effectivement de libération qu’il est question. Pas de botter le derrière de vieux ministres réactionnaires pour obtenir un salaire égal, ou l’accès à des postes généralement réservés à des hommes, dans un processus tout ce qu’il y a de démocratique. Cette lutte-là, c’est celle de l’égalité de la femme, et d’une égalité au niveau d’un système dépassé. Parce que l’égalité en elle-même, hein… Il faut être salement abruti pour croire que ta qualité d’homme fait de toi une meilleure personne qu’une femme. J’ai toujours trouvé que c’était comparer des pommes et des oranges, mais ne me laissez pas m’égarer ainsi…

On connait tous les grandes lignes. Une femme ne peut pas conduire en Arabie Saoudite. Ne peut pas être assis à l’avant du véhicule avec son mari. Ne peut pas se déplacer sans celui-ci, ou un membre masculin de sa famille. En définitive, une femme n’a le droit que de procréer, et de se taire.

Je ne sais pas si vous saisissez le tableau? Si vous êtes une orpheline laide sans chance de convoler un jour en  »justes » noces, vous ne pouvez donc, théoriquement, aller nulle part. Et y aller à pied. Même pour une Arabe traditionnelle, assez jolie et intelligente, ce ne sera pas rigolo chaque jour. Du jour de sa naissance à celui de sa mort, elle sera, en plus de tous les droits élémentaires dont elles sera privée, implicitement considérée comme inférieure.

Il y a, oui, de grands mariages d’amour en Arabie Saoudite. Toutes les femmes ne sont pas vendues par leur père à de vieux messieurs qui cherchent une énième femme en échange de liens commerciaux dont profite le futur mari. Il y a nécessairement de l’amour, au milieu de l’obéissance la plus abjecte. Il doit y avoir des milliers de mariages où les époux vont leur chemin sur un pied d’égalité. Ça doit. J’espère. De là à dire que c’est la norme, là-bas? Je n’irais pas jusque là…

Vous remarquerez que je ne parle pas ou presque de religion, même si cet asservissement y est clairement enraciné. J’en ai mon voyage de me faire répondre que l’Islam est une religion d’amour. Je le sais, ‘stie… Des trou-de-culs, toutefois, il y en a partout, et ce n’est pas parce que tu es musulman que tu respectes plus ta religion que le premier enfoiré d’une autre confession…

Je me considère comme un type plutôt sympa et généreux, bon avec mon prochain et généralement enclin à l’empathie. Pourtant, comme chrétien, je suis nul à chier. Si je me base sur les dix commandements, j’en ai déjà ruiné neuf. Je n’ai encore tué personne, mais c’est bien la seule connerie que je me sois épargnée. J’ai même appris qu’en commettant l’adultère avec la femme de mon prochain, tout en me disant que sa maison était vachement plus chouette que mon appart, pendant une séance de travail, un dimanche, j’en avais déjà envoyé trois aux pertes et profits… Plus moyen de rien faire…

La vérité, c’est que la religion est une affaire de coeur, plutôt qu’une de règles. La religion doit être ressentie, plutôt que dictée. Elle doit guider sans ordres, mener sans meneur. Bon, ça y est, vous m’avez fait parler de religion…

Le problème de l’Arabie Saoudite, et c’est loin d’être une problématique unique, est qu’ils se refusent à entrer dans une nouvelle ère, où un être humain ne peut être traité de façon injuste en raison de son sexe. Ils se refusent à faire cohabiter la religion telle qu’ils la conçoivent avec le troisième millénaire. Le monde entier le leur hurle, mais ils font la sourde oreille. Ne croyez pas qu’ils soient tous sourds pour autant. Ou tous dociles.

De plus en plus de femmes se font arrêter pour avoir osé conduire une voiture. Ce qui signifie que de plus en plus d’entre elles sont prêtes à braver l’interdit, et à servir d’exemples. Elles ne le font même pas pour cette raison. Elles le font parce qu’elles savent qu’elle en ont légitimement le droit. Le mouvement s’amorce et sera bientôt difficile à contenir. Particulièrement quand le pays refuse à des organismes de défense de passer les frontières pour se porter au secours des conductrices arrêtée. L’opinion publique finira par enfoncer les barrières. On peut espérer, du moins…

Il y a toujours le facteur humain, qui permet de rêver. Des évènements qui ne devraient pas se produire, vu la dictature ambiante, et se produisent néanmoins. Prenez  le prince Al-Walid, par exemple. Ce membre de la famille royale, milliardaire, vient d’engager, dans un pays ou elles ne peuvent s’asseoir derrière le volant, une pilote, Hanadi Hindi, pour faire voler l’un des appareils de sa flotte et le conduire à travers le monde. Il a été vivement critiqué et s’est vu renoter le fait que Hindi ne devrait pas travailler au sein d’un groupe masculin, sans parent, et hors du pays de surcroît. Le prince a souri, a envoyé Hanadi à Londres suivre sa formation privée, et a fait un pied de nez bien senti à ses détracteurs en engageant à grand frais le père de la jeune femme comme conseiller technique, afin qu’il puisse l’accompagner partout.

Parfois, il suffit d’une seule personne pour faire changer les choses…

Ça sonne pas Disney, ça, mes bons amis?

Un truc me passe souvent en tête, toutefois. Et si nous étions tous convaincus d’être cette personne? Vous imaginez ce qu’on parviendrait à faire?

Je dis ça comme ça…

Je vous laisse là-dessus

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s