Les coureuses d’attentions

on

Je suis naïf, avec les femmes. Je l’ai toujours été. Pour moi, une femme, c’était pur. Les gars étaient les épais de l’histoire. Les gars trompaient leurs blondes. Les gars n’accordaient pas d’attention à leur dulcinée. Les gars étaient ceux par qui les problèmes arrivent. Brainwashé contre sa propre caste, le gars…

Puis,  vers vingt-cinq ans, j’ai envoyé ma gène aux orties et je me suis mis à draguer. J’ai été époustouflé de constater que j’avais tout faux dans la moitié des cas. Que d’être un romantique fini n’allait non seulement pas m’aider, mais que ça allait me nuire. Que personne ne vivait l’amour comme dans un film, et que j’étais un des rares à ne pas le savoir. Les femmes ne cherchaient pas un romantique. La plupart d’entre elles, en fait, ne cherchaient qu’un miroir pour leur dire qui était la plus belle…

Pour moi, une femme amoureuse, c’était une femme amoureuse. Elle aimait son chum, et si elle regardait le menu de temps à autre, elle ne commandait pas. Avec le recul, je trouve ça très amusant. C’est devenu d’autant plus drôle quand je me suis aperçu que j’étais le plus souvent celui qu’elle se commandait, en définitive…

Ça m’a pris longtemps, avant de comprendre pourquoi. Je n’ai rien de transcendant, physiquement, et la plupart d’entre elles auraient pu avoir mieux. Et pour certaines d’entre elles, vraiment mieux! Je ne voyais pas pourquoi elles me choisissaient, parce que je m’imaginais chaque fois que c’était le début de quelque chose. J’ai fini par comprendre que j’étais l’équivalent de la bonne province, à l’heure du diner, quand tu n’as pas envie de rentrer chez toi te faire à manger… Pratique.

J’ai finalement compris la game et pendant un moment, je suis devenu un resort à Cancun, pour femme en couple.

Que je vous explique le fonctionnement d’un resort: on y boit beaucoup, on y baise sans arrêt, et on rit encore plus. On ne réfléchit pas, et on est délesté de toute responsabilité. Dans le sud, n’importe quoi semble acceptable, comme excès.  Puis, le jour du départ arrive, on se tire, et on n’y pense plus, en laissant le resort derrière. Dans le meilleur des cas, elle raconte ses souvenirs de voyage à sa meilleure amie. Qui, parfois, décide d’essayer le même endroit, ce qui m’assure une occupation à l’année, mais pas tellement de sentiments soutenus. Je peux vivre avec ça. Je trouve ça toujours plus souhaitable qu’être le gars qui ne part pas dans le sud et vers qui on revient…

Quant à la voyageuse, elle est rassurée. Son chum ne la regarde peut-être plus, mais quelqu’un l’a fait. Son mari ne la touche peut-être plus comme avant, comme si elle était la huitième merveille du monde, mais quelqu’un l’a fait. Quelqu’un a su lui dire à quel point elle était spéciale, qu’elle l’ait ou non été. Elle peut retourner à sa routine, tranquillement, en oubliant le voyage, mais en se souvenant de l’effet qu’il lui a laissé.

On généralise, là, mais on n’est pas très loin de la vérité. Pour peu que la demoiselle ait dépassé quarante ans, c’est presque un automatisme, mais même chez les plus jeunes, tout le monde a besoin d’être remarqué. Tout le monde a besoin d’être désiré…

J’entends d’ici les femmes me crier que si elles ont besoin d’un voyage à Cancun, c’est justement à cause de leur chum. Ce serait facile d’acheter ça, d’autant plus qu’il y a un fond de vérité, mais c’est tout de même faux. C’est une question de confiance en soi. Une question d’avoir besoin de se voir dans les yeux d’un autre. L’attrait de la nouveauté. L’idée de plaire à nouveau comme au début.

Comment je le sais? Parce que j’ai passé mes relations normales à faire tout ce que je faisais à Cancun, et qu’elles ont tout de même pris l’avion pour la République…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s