L’homme du Second Cup

on

Quand je travaillais en psy, il m’arrivait d’avoir besoin de sortir de l’hôpital pour une bouffée d’air frais ou un café qui ne goûtait pas le jus de chaussette. J’ai fini par atterrir au Second Cup de la rue St-Denis à la même heure chaque matin, parce que j’avais toujours à faire dans ce coin-là. J’y croisais toujours un ou deux patients, que vous n’auriez jamais différencié dans la foule, et j’allais m’assoir près de la fenêtre.  Au bout de quelques jours, je remarquai qu’un homme en costume était toujours assis en face de moi, et que son regard ne déviait jamais de la fenêtre. Il ne bougeait que pour prendre une gorgée, de temps en temps. Il ne regardait pas les jolies femmes, dans le café, ni les passantes sur la rue. J’ai vu deux voitures se télescoper sans même attirer son attention. Plus d’une fois, j’ai tenté de suivre son regard pour voir ce qui pouvait l’intéresser à ce point, sans rien remarquer.

Puis, à 10:25, il se redressait sur sa chaise, attentif, dans l’espoir de quelque chose, et finissait par hocher la tête, par vider son café, et par sortir un instant plus tard. Ça ne m’a vraiment frappé que la troisième ou la quatrième fois où je l’ai vu faire ça. Un jour, au lieu de laisser un siège vide entre nous, je me suis assis directement à côté, et j’ai attendu 10:25, sans le lampadaire pour me cacher la vue. Une femme est sortie d’une agence de voyage, de l’autre côté de la rue, et il a hoché la tête, encore une fois, non comme quelqu’un qui l’attendait, mais comme un qui n’a pas le choix d’accepter sa présence…

En voyant que je l’observais, il ne s’est pas détourné. Je n’ai pas eu besoin de demander.

-Depuis six ans, je viens ici chaque matin. Pour vérifier si par hasard elle n’aurait pas claqué d’un ACV durant la nuit. De son côté, ça fait six ans qu’elle me cherche, pour se venger. Tu n’as pas idée de comment elle aimerait me mettre la main dessus, et ce serait laid…

-Pourquoi?

-Certaines femmes prennent plus mal que la moyenne d’être trompées… Alors je viens ici vérifier, chaque matin. Je ne pourrai vraiment dormir que lorsqu’elle ne sortira pas de cette porte, à 10:25…

Il s’est levé, et il est parti dans la direction opposée de celle qu’avait prise la femme qui le cherchait. Techniquement, si vous vous y rendiez à la bonne heure, vous pourriez le croiser, si son ex ne lui a pas encore mis la main au collet…

Quant à moi, le lendemain, j’ai réellement pensé larguer ma maitresse, mais quand on y pense, les chances que ce soit elle qui veuille ensuite se venger sont aussi grandes, non? Autant continuer…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s