J’aime pas la boue

on

Cette semaine, j’écoutais la conversation de mes voisines de file d’attente sur la gagnante de la Voix, et j’ai réalisé que pour ce que j’en savais, les voisines en question auraient très bien pu faire partie de la compétition. Que l’épicerie où je me trouvais, en fait, aurait pu être remplie de concurrents célèbres de l’émission, ou d’autre téléréalités sans que je m’en rende compte.

J’ai arrêté de regarder la télévision d’ici lorsqu’on a cessé de m’envoyer les signaux sans emmerdements à la maison. J’avais déjà largué la télévision câblée, et je m’étais entendu avec moi-même sur le fait de me réabonner si jamais ça me manquait. À ce jour, ça ne s’est toujours pas produit…

Je n’écoute que peu de musique. Quand j’en écoute, ça date et ça ne vient pas d’ici, alors je ne fais pas vraiment partie du public cible d’une émission comme la Voix. Je suis incapable d’écouter un truc à heure fixe, et finalement, je ne capte même pas TVA. J’évite les conversations de bureau sur le sujet en travaillant à domicile. Bref, je ne pourrais pas vous nommer deux concurrents, et je me sens tout con, même si ça ne m’intéresse pas vraiment, parce que je sais que plus de deux millions de mes concitoyens y parviendraient. J’y peux rien. Ça fait trop de concurrents tristes pour un gagnant ; pas mon genre de divertissement.

Je ne regarde pas ça de haut, loin de là. Je suis persuadé que cette compétition, depuis des années, est remplie de concurrents talentueux, décidés et promis à un grand avenir, mais je suis passé à côté, et comme je n’écoute que de la radio d’info, je ne risque pas non plus d’assister à leur envolée de toute façon…

Je ne suis pas totalement hermétique au phénomène. Lorsque c’était nouveau, j’étais curieux. Je me souviens d’avoir écouté Star académie lors de leur première saison. Désormais, quand je vois Marie-Mai sur une couverture de magasine, je me souviens qu’une amie lui avait piqué son chum durant l’émission. Qu’un gars à poil avait ouvert à Julie Schnyder. Qu’on avait fait tout un foin à propos d’un pêcheur de homards qui se fait rare ces jours-ci. Bref, j’ai oublié ce dont je devais me souvenir et je me rappelle des chicanes et des potins. Un grand pas pour la musique…

Je n’invoque aucunement l’intellectualité pour renier des trucs comme occupation double ou Loft story, qui était pourtant, pour moi, le fond du fond. Je ne suis pas un intellectuel. Ceci dit, j’ai besoin d’être diverti, et de nous présenter de jolies femmes ne me divertit qu’un court instant. Après un moment, elles doivent savoir faire des claquettes, ou résoudre de tête des tas d’équation, pour garder un suspense… Quand quelqu’un m’a expliqué le concept de l’amour est dans le pré, je croyais vraiment qu’on se moquait de moi. J’ai cessé de regarder la télé depuis trop longtemps. Il s’est produit de bien étranges choses durant mon absence…

Surtout, j’ai l’impression de m’être déconnecté de la société, sans que ça ait été le but premier de la chose. Je me souviens d’une époque, sans internet, où j’épluchais le télé-horaire, et où je vérifiais qu’il se trouvait bien dans mon journal du samedi avant de l’acheter. À l’époque, je connaissais chaque émission, chaque intrigue, chaque acteur. Désormais, les revues que je vois à l’épicerie affichent des chanteurs et des acteurs d’ici dont je n’ai jamais entendu parler, et chaque fois que je vois un artisan qui est dans le milieu depuis toujours, je trouve qu’il a pris un sacré coup de vieux, avant de réaliser qu’il y a des années que je ne l’ai vu nulle part.

Parfois, je me sens un peu traître. J’ai beau ne ressentir aucun attachement particulier pour le Québec ou le Canada, je me trouve assez ordinaire de préférer la culture et le divertissement en provenance de l’étranger. J’aime mes films et mes romans français, anglais ou Américains. J’aime la musique d’un peu partout, sauf d’ici. J’écoute plus souvent CNN pour les nouvelles, sur le net, que les résumés de ce qui se passe ici. Un diamant sort bien du tas de boue télévisuel de temps à autre, comme Série Noire ou Les beaux malaises, mais il faut s’en taper, de la boue, pour les découvrir…

N’empêche que ça donne parfois des situations cocasses. ‘’L’affaire Pierre Lapointe’’, par exemple. Non seulement je ne saurais plus, depuis des années, différencier un A d’un B ou d’un C dans le star system québécois, mais je n’avais jamais, pas une seule fois avant sa crise, entendu prononcer le nom de Stéréo-pop, son émission. Je sais tout juste qui est Pierre Lapointe, parce que je l’ai vu se secouer les cheveux en jouant du piano à la télé, une fois, pendant que j’étais en visite chez des amis. De mon point de vu de perdu, donc, je regarde des gens que je ne connais pas se disputer à propos d’un truc que je ne comprends pas. C’est un peu comme écouter la télé en Coréen.

Tu peux être rempli de bonne volonté et tenter de suivre, mais ça devient vite chiant…

Advertisements

5 Comments Add yours

  1. Jean louis dit :

    Vraiment excellent!

    J’aime

      1. Jean louis dit :

        C’est le meilleur article que j’ai lu de ma vie!

        J’aime

      2. JM David dit :

        Merci beaucoup! Un homme de goût, décidément!

        J’aime

  2. JM David dit :

    C’est chouette, cette fonction de modification de commentaires…

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s