Le franssais sans fôtes

Le principal ennemi du français au Québec n’est pas l’anglais. C’est nous.

Advertisements