Emmener Mémé

Le jeu est simple. Vous devez aller chercher Mémé à Verdun, lui faire faire un arrêt par Hochelaga, et la mener chez son amie d’Anjou pour sa partie de bridge mensuelle. Simple? Mais oui, voyons…

Vous prenez place dans votre tas de boue dans Hochelaga et vous vous dirigez vers Notre-Dame, direction Verdun Beach. Quelques travaux, mais rien de sérieux. Rien de sérieux ne se fait, je veux dire, parce qu’il n’y a que des cônes et personne pour y travailler. La 720 est ouverte. Paraît-il. Vous évitez les cônes, les voix qui passent de trois à deux, puis de deux à une, sans rien pour l’expliquer. Le premier tableau est toujours le plus facile.

À la dernière seconde, dans le tunnel Ville-Marie, vous vous souvenez que la sortie pour Verdun est fermée depuis le règne de Toutankhamon et devrait être ouverte à nouveau le jour où les voitures voleront. Vous sortez à Atwater de justesse, et jusqu’ici, pas de fausse note. Vous gagnez des points pour ne pas avoir écouté votre GPS et ne pas avoir fini sur le pont Champlain. Vous atteignez Mémé, qui promet un massacre aux cartes, mais n’a jamais conduit. Elle ne connaît pas les difficultés qui peuvent apparaître en cours de route. Mémé s’énerve d’un rien. Veuillez ne pas l’inquiéter inutilement…

Au moment de repartir, vous vous interrogez sur le fait d’avoir ou non vérifié si la 720 était ouverte dans les deux sens, parce qu’il serait évidemment trop logique de considérer qu’en allant quelque part, on aura peut-être besoin d’en revenir par le même chemin. Votre niveau d’énergie descend de moitié, et Mémé lance des regards interrogateurs autour d’elle, pour bien laisser entendre aux autres joueurs que vous ne savez pas ce que vous faites.

Vous vous cognez effectivement le nez sur une entrée pour la 720, barrée, mais il vous semble qu’elle est barrée depuis au moins deux ans. Pas le choix de continuer vers Toronto jusqu’à ce qu’un demi-tour, à la prochaine sortie, vous permette de revenir à la 15 sud. Vous perdez des points, et gagnez des commentaires acerbes de la vieille. Une fois revenus sur le bon chemin, vous apercevez enfin des affiches lumineuses indiquant que non, la fermeture ne concernait pas seulement la sortie, mais toute la 720 Est. En trouvant le poste de la circulation, vous apprenez que la 40 Ouest est complètement bloquée, en plus d’être à des kilomètres derrière vous. Mémé s’agite. Vous avez le choix entre partir vers l’ouest sur la 720, sans espoir de revenir dans l’autre sens à une prochaine sortie, ou de vous rendre sur la rive-sud!

Vous êtes du genre à vous perdre dans un centre d’achats, alors vous y allez de l’itinéraire que vous connaissez pour revenir vers Hochelaga acheter des confiture que mère-grand adore, et que, vous le réalisez maintenant, vous auriez pu acheter vous-même avant de partir. Pont Champlain, 132, Pont-Tunnel. Vous perdez une précieuse demie-heure, et les amies de Mémé s’agglutinent autour d’un téléphone à cadran pour appeler les secours. Vous êtes en retard. Vous perdez des points, et votre patience.

En repartant d’Hochelaga, vous vous apercevez que l’accès à la 25, sur la rue Souligny, est bloqué. Vous n’avez pas le choix de prendre la droite, vers… le pont-tunnel et la rive-sud! Alors que Mémé, cette fois, vire nucléaire, vous réalisez que vous pouvez encore sortir à Notre-Dame! Pouviez, car vous l’avez réalisé au moment où vous avez dépassé la sortie.

Le trajet dans le pont-tunnel se fait dans un silence pesant. Mémé se met à chialer au moment même où vous passez la première sortie après le tunnel, où vous deviez faire demi-tour. Baisé! Vos points descendent encore. Vous vous sentez prêt à laissez Mémé à Boucherville si elle place encore un mot. Alors que vous sortez, afin de reprendre ce foutu tunnel, vous vous trompez de rue dans le quartier industriel de cette charmante bourgade rurale pour vous être fié au GPS. Vous perdez des points pour avoir lancé celui-ci par la fenêtre, même si vous n’étiez jamais parvenu mettre ses cartes à jours. Vous en perdez aussi pour vous être égaré dans une zone où il n’y avait même pas de travaux. Vous en gagnez toutefois quelques uns pour avoir trouvé une zone sans travaux, des endroits rares dans le jeu.

Une fois sur la 25 dans le bon sens, Mémé reprend espoir, et vous vous promettez d’initier un de vos cousins à ce jeu pour reprendre le flambeau auprès de la vieille. Tout va bien. Ah, tiens, non… Il y a des travaux à la sortie que vous empruntez habituellement. La suivante vous mène dans un quartier résidentiel où vous n’êtes jamais allé. Le GPS, cette fois, serait bien utile, mais il se trouve sur le bord d’une usine de Boucherville..

Après avoir tourné vingt minutes dans des petites rues, vous comprenez aux jérémiades de Mémé que la récompense ultime du jeu n’est pas tant de trouver la destination, que de se débarrasser d’elle.

Vous voyez au loin un groupe de vieilles qui discutent sur la pelouse d’une petite maison. Vous êtes arrivés.

Mais vous perdez des points parce que les flics qu’elles ont appelé sont arrivé avant vous.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s